La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Date de publication
20
Jan
2017

21 janvier: Journée internationale des Câlins - Hug Day

... Ou l'occasion rêvée de parler de ce geste qui mêle l'accolade et la caresse. Les câlins sont appréciés de tous et il n'y a que peu de personnes pour ne pas les aimer!

Inventée par le révérend Kevin Zaborney aux Etats-Unis en 1986, le journée du câlin s'est propagée dans le monde entier, avec de nombreuses adaptations, comme l'apparition des pancartes "free hugs" (câlins gratuits) en Australie en 2004. Particulièrement développé dans les pays anglos-axons, le câlin en pleine rue et avec des inconnus commence à se répandre chez nous.

Si l'on considère que près de 70% de la communication est non verbale, les câlins permettent de communiquer sans parler et sont un excellent moyen de vous exprimer de façon non verbale envers un être humain ou un animal. Les câlins sont considérés comme la principale démonstration d'affection du genre humain.

Quels sont les bienfaits des câlins?

* Un antistress reconnu: Le câlin fait partie des remèdes efficaces pour relâcher la pression, puisqu'il permet de réduire la tension artérielle et le rythme cardiaque. Prendre quelqu'un dans ses bras permet d'abaisser nettement le stress et de se détendre, grâce à la production d'endorphines en grande quantité.

* Une arme contre la déprime : Grâce à la sécrétion de plusieurs hormones - endorphine, ocytocine, sérotonine et dopamine -, le câlin est un bon remède contre la déprime. Et si la journée du câlin est calée en janvier, ce n’est pas pour rien, car la déprime est plus forte en hiver. Le câlin apporte réconfort, chaleur et confiance en soi. Il a l’avantage de réduire l’anxiété, la douleur et la dépression, de calmer les nerfs, de guérir l’insomnie, de vaincre la peur, de stimuler les sens et d’apporter de la joie.

* Un remède contre la maladie : En plus de ses vertus cardio-vasculaires, le câlin serait également un rempart contre certaines maladies et certains virus, notamment ceux apportés par le froid. Tout cela grâce au contact physique, qui a pour effet principal de renforcer les anticorps. Il est dit que les caresses et la tendresse au quotidien augmentent considérablement la résistance aux virus de saison et à la fatigue. Le Touch Research Institute à l’Université de Miami School of Medicine affirme qu’il a effectué plus de 100 études au sujet des câlins et a découvert des effets significatifs, y compris une croissance plus rapide chez les bébés prématurés, une réduction de la douleur, une diminution des symptômes des maladies auto-immunes, une baisse du taux de glucose chez les enfants diabétiques, et un système immunitaire renforcé chez les personnes atteintes d’un cancer.

* Les câlins renforcent l’estime de soi : Les câlins renforcent l’estime de soi, surtout chez les enfants. Le sens du toucher est très important chez le nourrisson qui reconnaît ses parents d’abord par le toucher. Dès que nous naissons, le contact nous montre que nous sommes aimés et reconnus. L’association de l’estime de soi avec des sensations tactiles de nos premières années est encore ancrée dans notre système nerveux à l’âge adulte. Les câlins que nous avons reçus de nos parents restent imprimés au niveau cellulaire et ceux que nous recevons nous le rappellent à un niveau somatique. Par conséquent, les câlins nous relient à notre capacité à avoir de l’amour pour soi-même.

* Un « rempart » contre la solitude : Il n’y a pas besoin d’être en couple pour se faire des câlins. Avec un ami, une connaissance ou un inconnu, tout contact est bon à prendre. Ce contact, doux et prolongé, aide à se sentir mieux et contribue à combler le vide émotionnel. Un constat particulièrement vrai aujourd’hui, où le monde virtuel confine de plus en plus chacun de son côté. Pensons particulièrement aux personnes âgées isolées qui reçoivent peu ou pas souvent de câlins, qui manquent de toucher réconfortant…

                                                   Un câlin par jour éloigne le médecin !

“Le contact physique n’est pas seulement quelque chose d’agréable, mais est aussi nécessaire pour notre bien-être psychologique, émotionnel et corporel. Il nous donne de la joie et garantit la bonne santé de l’individu comme de la société. Le câlin est une façon très spéciale de toucher quelqu’un, qui fait que les personnes s’acceptent mieux et se sentent plus acceptées par les autres. »

Pour plus d’informations :
Gérard Leleu, médecin, psychothérapeute et sexologue, auteur de « Le Nouveau Traité des caresses », Éditions J’ai Lu.
Kathleen Keating « Le petit livre des gros câlins »

 

Partagez :