La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Date de publication
25
Avr
2017

Billet Santé: Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

28 avril: Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail
La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail du 28 avril prochain nous donne
l’occasion de revenir sur l’un des enjeux actuels de santé dans le monde professionnel: le "burn-out"
et ses termes dérivés de "bore-out" et "brown-out" qui se sont répandus plus récemment dans
les milieux de travail et dans la société.


Quelques chiffres:

En Belgique, les résultats d’une enquête menée par Securex indiquent que près d’1 travailleur
sur 10 souffrirait de burn out et serait en moyenne absent 96 jours par an, soit 5 mois, selon les
responsables RH interrogés.

Quand on parle de burn-out, de quoi parle-t-on ?

Pour l’OMS, le burn-out se traduit par un épuisement professionnel et plus précisément
un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle, d’incapacité à aboutir à des résultats
concrets au travail. Pour les psychologues du travail et chercheurs Schaufeli et Enzmann (1998),
«le burn-out est un état d’esprit durable, négatif et lié au travail affectant les individus normaux». Il est d’abord marqué par l’épuisement, accompagné d’anxiété et de stress dépassé, d’un
sentiment d’amoindrissement de l’efficacité, d’une chute de la motivation et du développement
de comportements dysfonctionnels au travail.

Cet état d’épuisement s’installe progressivement et a des manifestations cliniques multiples
(relativement différenciées d’autres troubles comme la dépression), sur un plan émotionnel,
physique, cognitif, comportemental ou motivationnel. Il entraîne des conséquences importantes
pour ceux qui sont touchés, pour les employeurs et la société dans son ensemble.

Quelles en sont les causes ?

L’apparition de cas de burn-out va résulter de l’existence de situations de travail présentant des caractéristiques favorables à son déclenchement (charge de travail élevée, exigences accrues, sollicitations perpétuelles, autonomie insuffisante, manque de reconnaissance, conflits de valeurs, etc.). Mais le risque n’est pas indépendant de la personnalité. Il touchera en particulier les personnes les plus consciencieuses, les plus mobilisées, les plus attentives à la qualité de leur travail, bref celles qui sont fortement engagées dans leur travail et qui sont recherchées en priorité par les employeurs.

L’équilibre entre sur-tension et sous-tension

Si le "burn-out" n’est pas identique au stress, il s’apparente bien à un état de stress chronique. L’intensité et la durée des facteurs de stress vont jouer un rôle. Une personne qui maîtrisait généralement bien les situations peut, à terme, se retrouver dépassée et perdre ses capacités à gérer ce qui jusqu’à présent était son quotidien. C’est le phénomène de goutte d’eau qui fait déborder le vase.

A l’inverse, le terme "bore-out" (en anglais, "bore" signifie ennuyeux) évoque une sous-sollicitation. Cela correspond à un fonctionnement en sous-régime, on s’ennuie de plus en plus, on en vient à perdre sa motivation et cela se traduit par de mauvaises performances.

On en déduit qu’un rapport équilibré est nécessaire entre la tension, l’activité et la stimulation pour être efficace et ne pas sombrer dans un "burn-out" ou un "bore-out".

L’apparition du terme « brown-out » (en anglais, baisse de courant) est liée quant à lui à la parution de l’ouvrage The Stupidity Paradox (Pearson, non traduit), dans lequel les chercheurs britannique et suédois André Spicer et Mats Alvesson étudient ce phénomène étonnant qui veut que les entreprises recrutent des diplômés brillants pour exiger d’eux finalement qu’ils mettent leurs capacités de réflexion de côté. Ces jeunes travailleurs qui s’attendaient à des tâches stimulantes se retrouvent à devoir, sur demande, donner la priorité à la forme plutôt qu’au fond et à effectuer des missions qui leur paraissent inutiles voire absurdes ou vont carrément à l’encontre de leurs valeurs (mettre la pression sur ses collaborateurs et réduire les budgets au maximum). Ils en viennent à se percevoir comme inutiles. Et à terme, ils font l’expérience d’une démotivation, d’une désillusion puis d’un désinvestissement défensif, proche de ce qu’on retrouve dans les stades progressifs de burn-out et aussi dans les cas de « bore-out ». En définitive, le travail perd tout son sens. Certains psychologues parlent à ce propos de « démission intérieure ».

Le chemin menant à l’épanouissement professionnel n’est pas toujours aisé à parcourir et les déviations vers les pathologies ou souffrances liées au travail sont nombreuses.

Quelques conseils:

Actuellement, de nombreuses structures se dotent de politiques de prévention du stress et du burn-out et de professionnels à l’écoute des travailleurs pour ces problématiques : médecin du travail, conseiller en prévention risques psychosociaux et personnes de confiance. Il n’existe évidemment pas de solution miracle qui s’appliquerait telle quelle et serait efficace pour tous. Néanmoins, à côté de mesures organisationnelles et de fond, l’examen de chaque situation particulière peut permettre de dégager des solutions à mettre en oeuvre et de retrouver progressivement du sens au travail.

Avant d’en arriver là, quelques mesures de prévention individuelles de bon sens restent intéressantes à appliquer : faire le point sur sa situation professionnelle (les éléments qui épuisent et ceux qui stimulent), envisager d’en parler à son supérieur hiérarchique, s’entendre sur des objectifs clairs et réalistes et respecter ses limites, se détendre et être en forme (loisirs, sports, liens sociaux, hygiène de vie), ….

Personne n’est vraiment à l’abri mais il est toujours temps d’agir !

Il existe dans chaque province un comité provincial pour la promotion du travail dont la mission est de relayer, au niveau local, les actions de la Direction générale Humanisation du travail (c’est-à-dire toutes les matières couvertes par la loi du bien-être au travail) du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale.

Pour plus d’infos : www.beswic.be / www.respectautravail.be / www.emploi.belgique.be

Pour aller plus loin

  • "Le burn-out. Le détecter et s’en protéger" écrit par le Docteur Christian Stock (2014). Ixelles Editions.
  • "Prévenir le burn-out" fascicule produit par la Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux (2015) et téléchargeable en pdf sur le site www.firps.fr.
  • "Vaincre l’épuisement professionnel. Toutes les clés pour comprendre le burn-out" écrit par Philippe Mesters et Suzanne Peters (2007). Editions Laffont. Collection «Réponses».

Partagez :